mardi 3 avril 2018

Bingo : son nom, sa personnalité ?

Bonjour les petits chats !

Vous savez, il existe de nombreuses croyances - fondées ou non - à propos de l'influence du prénom sur la personnalité des gens. Qu'en est-il des chevaux ?
Equus patronyme tente d'analyser les noms de nos chevaux pour en déduire leur caractère... Démonstration !

J'ai contacté Equus Patronyme avec curiosité, mais sans forcément être convaincue. Tout cela me paraissait un peu gros.
Je n'ai donné qu'une information : mon poney s'appelle Bingo. C'est tout.

Affectif- Hypersensible- Nerveux :
Tempérament vif, inquiet, et observateur. Grande émotivité et comportements impulsifs.Intelligence supérieure à la moyenne des autres équidés (mémorisation/concentration/compréhension). Qualités techniques évidentes. Temps d’adaptation assez long face aux nouveautés et événements soudains. Grégarité variable. Tempérament assez lunatique, possessif et jaloux, qui a un besoin excessif d’une affection démonstrative.
C'est on ne peut plus vrai. Bingo peut être calme, mais il est assez sanguin, dans le sens où il s'inquiète facilement. Il monte vite en pression et peut avoir des réactions vives. Concernant l'intelligence, je l'ai toujours sur. Bingo est très, très, trop malin. Il tire rapidement parti des situations, il comprend très vite ce qu'on attend de lui et sait répondre correctement ou au contraire, faire l'inverse de ce qu'on lui demande, selon ses envies. Il est très observateur et saura rapidement défaire un noeud, ouvrir un box ou autre. Les nouveautés, il les déteste. Une voiture garée au mauvais endroit, une tente dressée au milieu de la cour et c'est la panique.
a) Type caractériel : Atypique :

Ce tempérament sort du rang, il n’est pas classé comme ordinaire. Hypersensibilité émotionnelle (positive/négative), et une intelligence supérieure se dégagent immédiatement de ce type caractériel. Très exigent, son moteur fonctionne à la sensibilité, il ne s’accorde pas avec tout le monde. Une forte osmose avec son propriétaire/cavalier est absolument nécessaire pour révéler au grand jour l’incroyable force intérieure et le potentiel inné « dormant ».

Au départ, il peut paraître passif et trop tendre pour affronter des défis sportifs, sûrement, par, manque d’envergure caractérielle et d’assurance. C’est un tardif, il ne faut pas forcer son rythme, et ne jamais se précipiter avec lui. Il a besoin d’acquérir de la maturité et de la maîtrise. Il démontre une très grande susceptibilité face aux premiers échecs équestres, il est préférable de lui proposer des défis adaptés à ses capacités du moment, sinon, il pourrait vite devenir indolent, le temps et la patience sont des allier précieux. Une phase d’évolution plus ou moins longue est nécessaire pour pouvoir apprécier à sa juste valeur son excellent potentiel sportif. L’acquisition ou pas, de l’assurance qui lui fait défaut, dépend en grande partie de la relation entretenu avec « l’homme » et son cavalier. Lors de cette phase évolutive, ce type caractériel peut se montrer hésitant, craintif, impulsif, et souvent de mauvaise humeur. Pour devenir par la suite audacieux, talentueux, volontiers coopératif et disponible sous la selle. C’est un tempérament qui se « révèle » par alternance, passant, par des phases d’assurances et des phases plus réservées et ou rebelles. 
 Concernant l'intelligence, voir ma réponse ci-dessus.
Effectivement, l'osmose me semble indispensable avec lui. Quand je l'ai connu, plusieurs cavalières de bon niveau l'ont également monté, et elles ne l'ont pas aimé du tout. Quand j'ai cherché une DP pour lui, c'était quitte ou double : soit c'était très bien, et les cavalières adoraient, soit elles n'étaient pas en harmonie, et il leur faisait les pires crasses. Sans distinction de niveau.
Pour le côté tardif, c'est un petit peu vrai bien que ça ne soit pas non plus le truc le plus évident chez lui. On a longtemps stagné, avant de progresser. Aussi, avant ses 6 ans, personne ne voyait en lui un bon sauteur. Aujourd'hui, tout le monde s'accorde à dire qu'il est puissant avec un joli coup de saut. Pourtant, pendant cette fourchette de temps, nous n'avions jamais travaillé le saut.
Ce qui m'étonne le plus dans cette analyse, c'est qu'elle lui trouve un tempérament par alternance. OUI, OUI, et re-OUI ! C'est probablement ce qui me décontenance le plus chez Bingo ! Doux comme un agneau, concentré, attentif, volontaire, il a parfois des période d'une ou deux semaine où on ne peut RIEN faire. Têtu comme un âne, il refusera les exercices les plus simples, pourtant acquis, il prendra n'importe quel prétexte pour faire, un bond, se cabrer ou tirer sur la longe. Il ira jusqu'à vous tracter en revenant du pré. Et puis ça lui passe, et on peut de nouveau marcher longe ballante, faire des balades rênes longues et sauter en toute sérénité. Là encore j'avais cherché les causes : changements, trop de travail, santé ? Avant de conclure qu'on a parfois des jours avec et des jours sans. Lui, il a des semaines avec et des semaines sans.


b) Particularités :

Tempérament qui est dans la lignée des meilleurs dans son domaine de prédilection. Talent artistique prononcé et ou morphologie élégante et esthétique. Ce tempérament possède 2 facettes caractérielles bien distinctes, qu’il est difficile d’accorder au départ, de part les différences qui les opposent. C’est un délicat hypersensible, tout en étant un fougueux intrépide. C’est une nature subtile et délicate, qui demande beaucoup d’attentions et d’écoute, sinon, il sera intolérant et autoritaire. Il refuse généralement toutes situations trop stressantes. C’est un généreux très exigeant, au grand potentiel, même, s’il ne l’utilise pas toujours. 
 Je n'ai pas trop trop compris la première phrase, mais une chose est sûre, c'est que oui, il a une morphologie élégante et esthétique. Et je ne dis pas ça parce que c'est mon petit poney d'amour ! Au quotidien, on me dit souvent qu'il est beau, et c'est vrai : un joli port de tête, une bonne bouille, un beau geste des antérieurs.
Hypersensible, oui. Fougueux intrépide, également, bien qu'il ne soit pas non plus un sauvage ! Et effectivement, si on ne s'impose pas tout en l'écoutant, avec un bon timing, etc, il n'hésitera pas à vous foncer dedans. Il a besoin d'un cadre net avec beaucoup d'attention, c'est vrai.
Le stress, ça le bouffe. Il se met dans tous ses états et impossible de faire quoi que ce soit. Il doit être en confiance.
Quant au grand potentiel, il en a : très bon sauteur, puissant, il a naturellement un bon équilibre vers les hanches, il est très mobile latéralement... Et quand il se donne, il se donne. Et quand il se donne pas, il ne se donne pas... Du tout.
c) Interactions vis-à-vis des humains :

Sociabilité fusionnelle, l’exclusivité est recherchée. Quand c’est acquis, il se montre sympathique, vibrant d’énergie, agréable, doux, et généreux. Il peut passer, de l’émotion positive qui permet une superbe expression, à celle négative qui devient alors, contre productive aux résultats sportifs. Son équilibre émotionnel est très instable. Il est nécessaire de considérer à sa juste valeur cette particularité, car, mal prendre en considération cette sensibilité, en rentrant dans des situations conflictuelles, aurait comme résultante des réactions sans modérations de sa part et l’annulation de tout son potentiel. Ce caractère fort, peut être sujet à de régulières crises de rébellions avec son cavalier. Son flux énergétique très tonique, et réactif demande à être structurer correctement, pour déployer toute l’envergure et l’intensité de sa grande force intérieure innée. 
 Fusionnel, vibrant, sympathique... Tous ces mots le caractérisent sans aucun doute. Les cavaliers de notre centre équestre me disent "c'est un nounours". En effet, Bingo cherche sans cesse les câlins. Ils peuvent durer des heures, il ne s'en lasse pas. Il vient chercher doucement mes mains de son nez, et il ne bouge plus.
Mais oui, je n'ai pas le droit à l'erreur. Si un jour je suis trop laxiste avec lui, ou au contraire trop autoritaire, et c'est la cata. Cela s'est d'ailleurs vu lorsqu'il a fallu lui administrer des gouttes dans les yeux plusieurs fois par jour : en lui tenant la tête de manière "classique", il était debout. Sans lui tenir la tête, il serrait les dents mais se laissait faire.
d) Moyens de défenses :

La déstabilisation : Quand cet animal se trouve dans une situation conflictuelle au travail, il va répondre en s’adaptant à la situation, et ou à son cavalier. Opposition active, faite d’esquives, de ripostes et de rébellion. On ne sait pas à l’avance quelle va être sa réaction.
Esquives ? Il est spécialiste des demi-tours. Rébellion ? Il se cabre. Vraiment.
Quand on met un peu trop de main, quand on veut aller quelque part et pas lui, quand il a décidé de rentrer à la maison en balade, sa parade, c'est de se cabrer. Fichue manie qu'il a toujours eue et que je n'ai toujours par réussi à effacer. On y travaille, mais c'est long... Quant aux demi-tours, ils sont inopinés...
e) Points faibles :

Ce type caractériel est intolérant, autoritaire et hyper-émotif. Manque de confiance et de détermination au départ. Il faut trouver le Cavalier Idéal ! Manque d'assurance et de confiance en lui. Paresse, hésitation, inflexibilité, excès d’esprit de compétition, et irritabilité. Il manque de souplesse caractérielle et d’esprit d’adaptation. Il est vite anxieux et irritable. Tempérament excentrique, timide et dispersé. Il peut rechercher des moments de solitude. Tempérament instable, qui peut avoir des moments de fatigue passagère. A cause de son tempérament il peut peut faire échouer de nombreux espoirs de résultats sportifs. Avec lui, la spéculation est hasardeuse. 
 La plupart de ces points ont été abordés plus haut. Je rajouterai juste que les résultats "sportifs" sont effectivement hasardeux : un jour impossible de sauter une barre sans que ça s'apparente à de la survie, un autre on pourra enchaîner un parcours ou des exercices compliqués dans un superbe calme.
f) santé :

Système nerveux fragile. Troubles comportementaux. Prédispositions à avoir des troubles de santé liées, au système immunitaire, auditif (hyper-sensibilité sensorielle auditive), lymphatique, et nerveux (dépression). Fragilité de la structure ostéo-articulaire des membres postérieurs, et des boulets. Attention particulière à apporter à la circulation sanguine. 
 Concernant le système nerveux, je ne suis pas étonnée plus que ça. Pour les membres postérieurs, l'ostéopathe m'avait en effet indiqué quelques petits blocages au postérieur gauche, mais plutôt au niveau de la hanche.
g) Conclusion :

Un tempérament hors norme « tardif ». Il possède un superbe potentiel inné qui ne demande qu’à émerger ! Il a besoin d’être bien encadré, sécurisé, stimulé et accompagné pour donner le meilleur de lui-même. Très réceptif, une mauvaise relation avec son cavalier, ou, une ambiance tendue prolongée lors de ses apprentissages équestres nuisent considérablement au développement de son potentiel. De nombreuses portes peuvent s’ouvrir pour le cavalier qui saura « révéler » ce tempérament au grand jour. Il est dans la lignée des gagnants dans son domaine de prédilection. Renommée et prestige sportif peuvent être obtenus. Mais, les possibilités de nombreux échecs et luttes sont à prévoir, avant qu’il puisse atteindre l’excellence et la perfection. Il y a une discipline équestre, où il se révélera dés plus talentueux, il faut la découvrir !
 Bref, tout cela m'amène à dire que je suis très agréablement surprise par cette analyse, qui est très, très, très vraie ! Alors oui, parfois, on s'approche dangereusement de l'anthropomorphisme... J'ai envie de dire, et alors, c'est grave ?
Toutes ces déductions ressemblent à Bingo. Je me questionne beaucoup : est-ce vraiment l'influence de son nom, ou est-ce plus complexe, comme un mélange de communication intuitive, ou autre chose ? Je n'en sais rien, mais toujours est-il que tout ça est vrai. J'ai vraiment reconnu Bingo dans ces descriptions.

Et vous, y croyez vous ?

Si cela vous intéresse, voici le site d'Equus Patronyme.

jeudi 22 mars 2018

Place aux sensations (et au calme)

Hello tout le monde!

Avez vous déjà eu conscience d'un défaut, sans réussir à l'améliorer ? Avez vous déjà ressenti un mauvais mouvement, sans parvenir à l'éradiquer ?

Moi oui.

Voyez vous, les départs au galop, j'en fais depuis plus de 10 ans. Sur le bon pied, je veux dire.
C'est un mouvement très simple et très complexe à la fois.
Très simple car même à petit niveau, on comprend le truc, et on y arrive. Un galop 2 en poche en est capable.
Très complexe car pour obtenir un beau départ, franc, hanches abaissées, postérieurs engagés, garrot montant, et tout le tintouin, c'est toute une pratique, tout une progression.

L'an dernier, durant ma formation, on a travaillé ces fameux départ toute une séance. Rien de plus basique : faire un départ au galop dans le coin (vers H, si mes souvenirs sont bons).
Un, deux, pas trop mal. Mais petit à petit, ma ponette chauffait. Elle essayait de me voler les départs, elle partait de travers ou attendait le moindre effleurement de mes jambes pour partir comme une trombe. Pas bon du tout.
J'ai recommencé. En me redressant, en la travaillant à côté, mais rien à faire.
J'aurais pu me dire "c'est l'exercice ! Quelle idée de faire un départ au galop toujours au même endroit !"
Mais quelques jours avant, j'avais lu l'ouvrage de Sally Swift "l'équitation centrée". Et je me suis souvenue : "respiration, regard panoramique".

Alors, au lieu de me concentrer sur mes aides, sur le fait que la ponette piaffe d'impatience et sur cette fichue lettre H, j'ai soufflé. J'ai respiré lentement, j'ai arrêté de regarder le coin, j'ai utilisé mon "regard mou". Et j'ai demandé le départ. Ponette calme, droite, un bon départ au galop.

Si je vous raconte ça, c'est parce que j'ai vécu une expérience similaire il y a quelques jours. Je travaillais également les départs au galop avec Bingo. Pas de coin cette fois-ci, j'étais sur un (très) grand cercle. Je faisais des transitions galop-pas.
Le soucis, c'est que Bingo est plus à l'aise au galop à droite. Il galope très bien à gauche, mais à la moindre aide pas tout à fait précise, ou cavalier pas tout à fait équilibré, il part à droite. En gros, pas le droit à l'erreur. Et de mon côté, j'ai tendance à passer les épaules en avant au moment où il soulève l'avant pas. Pas terrible.
J'ai commencé à cogiter. Place tes jambes comme ci, comme ça, tes mains, ton poids, ton (....). Résultat, on partait souvent sur le bon pied, mais dans un équilibre pas terrible, ou alors de façon franchement moche :

soit je me crispais et me retrouvais avec un talon en l'air, soit je jetais les épaules, soit il me sortait de la selle... Bref, sur le bon pied, mais 'faut pas trop regarder.

Mais parmi tous mes défauts, je suis consciente d'une de mes qualités : retrouver mon calme aussi vite que je l'ai perdu (ok, sauf en concours) pour analyser la situation. ZEN !
J'ai soufflé un bon coup. Respiration. Calme. J'ai même fermé les yeux.
On redemande. Premier départ, pas trop mal, mais mon poids est trop à l'intérieur. Je recommence.
Le fait d'avoir les yeux fermés m'a permis de mieux ressentir les choses, sans m'énerver. Deuxième essai, mieux. J'ouvre les yeux seulement quand je suis au galop, deux foulées après le départ. Troisième essai, bien.
Ainsi de suite, je travaille au galop, dans le calme et la sérénité.

La technique est très importante en équitation. Mais n'oublions pas les sensations. Je pense qu'une fois qu'on a conscience de nos défauts, qu'on connait la technique, il est important de sentir les choses pour les améliorer.
Photo qui n'a rien à voir avec l'article, mais j'avais envie de la mettre, voilà. Séance d'aujourd'hui.

jeudi 1 mars 2018

Les gros mots du cheval, clôture du mois de Février

Hey !

Voilà voilà, en ce jour neigeux, j'annonce officiellement que nous sommes entrés dans le mois de mars.
C'était l'annonce du siècle.

Mais bon, qui dit fin du mois de février, dit surtout clôture de l'édition 43 de la cavalcade des blogs !

Vous avez été moins nombreuses que d'habitude à participer à cette édition, mais vous avez toutes écris des articles très très très sympa à lire.



Pour commencer, on parle des mots compliqués du monde du cheval sur le blog Demain je monte.

Ensuite, nous parlons des étiquettes que l'on colle facilement aux chevaux, comme les entiers, sur le blog Caval'ierre.

Vient après un article engagé sur des termes qui sont de plus en plus diabolisés de nos jours, sous prétexte d'idéalisme sur le blog d'Une fille à cheval.

Aurélie d'A dada mon dadou nous propose quant à elle un très chouette article sur un poney en particulier, et cette fois ci, c'est lui qui dit les gros mots !

Le blog Oeuf, poule, poussin nous propose un très chouette article qui sort de nos habituels poneys, à propos des très nombreuses expressions concernant les poules.

Et enfin, j'ai moi-même écrit un petit article sur les mots tabous du cheval.

J'espère que ça vous a plu, et je passe le flambeau au blog Caval'ierre !

lundi 26 février 2018

Le casse-tête du casque

Hello les chatons !

Je ne sais pas si vous avez le même problème que moi avec les casques... Mais dans mon cas, j'ai mis plus de 6 mois à trouver le bon.

Dans ma vie, j'ai eu plusieurs types de casques. J'ai commencé par la bombe classique, vous savez, celle en velours avec le petit noeud derrière ?
J'ai ensuite eu ceux en plastiques des débuts de Fouganza. Pas foufou, mais il faisait le taf, et surtout, il était accessible à toutes les bourses.
Quand j'en ai eu marre de mon casque rouge (qui commençait à se faire vieux, soit dit en passant), j'ai opté pour un casque noir basique, style Choplin premium. Comme tout le monde, quoi.
J'ai ensuite eu un Casco passion +, et j'ai eu beaucoup d'occasions d'utiliser le Fouganza Safety.

Enfin bref, des casques, j'en ai vu quelques uns. Je ne saurais juger ceux de mon enfance, puisque je ne m'en rappelle tout simplement pas. Mais depuis le Choplin, un constat de taille : ma tête est tout à fait incompatible avec 90% des casques.
Voyez vous, je suis tout à fait asiatique. Selon les ethnies d'origine, on est plus ou moins d'accord pour dire que l'on a des différences morphologiques : les asiatiques sont généralement plus petit que les européens, par exemple. Concernant les vêtements, je m'en arrange : je m'habille en taille enfant, ou je fais des ourlets en bas de mes pantalons.
Cependant, concernant le casque c'est plus compliqué. La forme de ma tête est beaucoup plus ronde que le modèle-type des casques, ce qui fait que je me retrouve toujours avec le même problème : trop serré sur les côtés, pas assez devant et derrière.

Niveau tour de tête, je fais du 56. Pourtant, sur certains casques, je dois monter jusqu'au 58 ou 59 pour ne pas avoir la tête compressée sur les côtés. Par contre, le casque ne tiendra absolument pas sur ma tête.
Quand j'avais mon Choplin (taille 57), la visière me tombait systématiquement sur les yeux. Je m'en suis arrangée quelques années, puisque... Pas le choix de toutes façons.
Avec mon Casco (réglable avec molette, censé convenir du 55 au 58), problèmes inverse : il basculait sur ma nuque. Ca en devenait carrément dangereux si je montais sans queue de cheval pour aider à maintenir tout ça.

Je suis donc partie il y a un peu moins d'un an en quête DU casque qui allait me convenir. J'ai commencé par Décathlon.
Sans exagérer, j'ai mis ma tête dans TOUS les casques du rayon. Aucun ne m'allait. Les casques par taille ? Impossible, ma tête ne rentrait tout simplement pas.
Les casques réglables ? Ma tête est rentrée dans du L. Mais forcément, la molette ne se serrait pas assez pour qu'il tienne sur ma tête.
Chez Padd et Horse Wood, j'en ai essayé des tonnes également. Choplin, Equi-thème, Samshield... De 1, je ne voulais pas mettre 90 millions d'euros dans un casque, de 2, de toutes façons, ils ne m'allaient pas non plus.
Ah, si le Equi-thème air. Mais je ne suis vraiment pas le genre de personne à mettre ce prix dans un casque.

J'ai renoncé, un temps. J'ai continué à monter avec des casques qui me tombent sur les yeux. Et puis, en Janvier, Fouganza a sortit une nouvelle collection de casques, alors, je me suis dit, pourquoi pas essayer ?

Le "casque équitation 100", niet. Le "FH100", niet.

MAIS !

Le FH120, oui, oui, oui ! Un chouilla plus rond que les autres, il me va comme un gant. Et vous savez quoi ? Il est aussi aéré, léger et agréable que le Casco !

On va encore croire que je fais de la pub pour Fouganza... Mais je n'y peux rien, moi, si ils font des produits top top top ^^



mardi 6 février 2018

C'est tabou dans le cheval

Hello les petits chats !

Vous le savez, dans le monde du cheval (comme dans tout autre domaine d'ailleurs), il y a des mots tabous. Des mots qu'on évite d'utiliser - et même qu'on se fait incendier si on les utilise. Et franchement, moi, ça m'agace. Parce qu'on joue sur les mots, les significations, et on profite du moindre écart de langage pour déferler de la haine. Mais moi je les utilise, parce que je suis trop une rebelle.

Liste non exhaustive....

Tirer


Nooooooon, pour arrêter/freiner/redresser/cequ'onveut un cheval, on ne tiiiiiiiiiire pas !
Ah bon ? Mais non, on exerce une pression/on ferme ses doigts.
Franchement, c'est jouer avec les mots. Quand on ferme ses doigts, on tire. Quand on fait une pression, on tire. Même si c'est 1 millimètre, même si c'est une demi seconde et qu'on rend ensuite, même si c'est très léger. Dites moi si je me trompe, mais si je ferme mes doigts sur les rênes en avançant les mains vers la bouche, bah, ça freine pas. Si je ferme les doigts sur les rênes en reculant/montant les mains, même d'un demi-millimètre, et bah je tire. Même un peu. Même si je relâche juste après.
Alors arrêtons de fustiger l'utilisation du mot "tirer". 
Le problème n'est pas de tirer, ou non. Le problème est d'agir en légèreté et de rendre avec un bon timing. Voilà.

Dangereux


Un cheval n'est pas dangereux, un cheval est mal éduqué/a été maltraité/a peur/a un pète au casque.
C'est sûr, c'est un mot qui fait peur. On imagine un cheval méchant, un cheval irrécupérable. Mais qu'est ce qu'un cheval dangereux ? C'est un cheval qui présente un danger, point. C'est peut-être à un instant T, ce n'est pas forcément définitif.
Un cheval qui tape pour de vrai par exemple, je ne laisserai pas mon fils s'approcher, et je dirais sans tabou qu'il est dangereux. Cela n'empêche pas qu'il soit éduqué/rééduqué, et qu'il ne soit plus dangereux plus tard. Mais si il n'est pas prudent de l'approcher, bah il est dangereux. Voilà.

Punition


Ouuuuuh comment elle maltraite son cheval, elle dit qu'elle punit !
Et alors ? Quand mon cheval rentre dans mon espace, je le repousse d'un grand geste. Si jamais il tape/mord il se prendra baffe/tape. Parce que ce n'est pas un comportement tolérable, et parce que laisser passer ce genre de choses risque de le rendre dangereux (cf précédent paragraphe...).
Punir, ce n'est pas battre ou frapper sans raison. Une punition, c'est agir de manière désagréable suite à un comportement indésirable. Et forcément, on punit selon l'intensité de la faute. Utilisée à bon escient, et sans prendre le pas sur les renforcements positifs et négatifs, la punition n'est une partie comme une autre de l'éducation.
Et entre nous, en punissant dès le début le premier écart de comportement, on a plus besoin de punir après.

Alors certes, ces mots sont durs à entendre, ils font peur. Mais je pense qu'il ne faut plus en faire des tabous, car justement, leur utilisation permet de comprendre tout de suite le problème, d'agir plus vite et de vivre ensuite plus sereinement les solutions...
Imaginez un cheval qui bouscule son cavalier, lui marche dessus, tente de le mordre.

Quelle phrase aura plus de chance d'obtenir des résultats ?

- Ton cheval devient dangereux, contacte un professionnel avant que ça ne dégénère !
- Ton cheval est casse pieds, contacte un professionnel pour qu'il t'aide

- Ton cheval te mord, punis le quand il fait ça !
- Ton cheval te mord, dis lui qu'il n'a pas le droit de faire ça !

- Ton cheval t'arrache la longe, tire pour l'en empêcher !
- Ton cheval t'arrache la longe, fais une pression pour le ralentir !

Ces mots sont durs, mais ils font agir.
Mais il ne faut pas les utiliser n'importe comment non plus, utilisez les à bon escient ;)
Un cheval un peu chaud n'est pas dangereux, un cheval qui tape l'homme l'est.

Article réalisé dans le cadre de la cavalcade des blogs organisée cette semaine par... Moi même.